Berlin : « pauvre mais sexy »

Depuis un moment je dois écrire sur mon expérience de vie berlinoise. C’est parti.

J’ai vécu à Berlin de septembre 2010 à mars 2011.
Berlin c’était un peu le bout du monde pour moi. J’étais à un moment de ma vie où je n’avais plus rien à faire à Lyon, plus d’objectifs. Et puis j’avais fait quelques mois plus tôt ce voyage chez une amie, à qui j’avais dit que je viendrai si je n’étais pas pris dans le BTS que je visais. Le 31 août 2010, ma voiture est prête, et je pars pour Berlin avec deux amis.

La 1ère semaine, c’est soirées, découverte de Berlin. Ça a duré quelques semaines. Même si aujourd’hui j’ai l’impression de ne pas assez avoir profité de la capitale allemande. Notamment en ce qui concerne les clubs. J’ai fait ce qui me plaisait. Puis j’ai aussi cherché a me faire un petit réseau de français à Berlin. Le fait d’être au PS a pas mal aidé. La section est dynamique, et tout le monde est sympa et très ouvert. On se voyait souvent en dehors des réunions d’ailleurs. Se faire des amis à l’étranger c’est compliqué. Combien de personnes, habitent une ville sans connaitre personne ? Beaucoup trop. C’est pour ça qu’il faut sortir, dans les bars, boites, les lieux culturels, les expos, les assos, … Et surtout, ne pas avoir peur de socialiser.

Concernant le logement, j’ai habité chez l’ami d’une amie qui est devenu mon ami, le premier mois, à Thulestrasse vers Schönhauser Allee dans le nord de Berlin. Quartier très tranquille et pas loin de Prenzlauer Berg où nous sortions souvent.
Puis, avec l’amie française, nous avons trouvé une colocation à Gartenstrasse, près de Nordbahnhof, où nous sommes resté jusqu’à mon départ. Là c’est le quartier de Wedding. Ça bouge peu aussi mais c’est pas loin du centre ville à pied. Donc c’est cool ! Enfin centre ville.

Il n’existe pas vraiment de centre ville à Berlin. Ou alors un centre ville a l’est et un à l’ouest, respectivement Alexanderplatz et Zoologischer Garten. C’est comme ça que je le vois en tout cas. Concernant l’architecture berlinoise, c’est moche. Enfin rien ne va ensemble en fait. Un peu de moderne, un peu d’ancien, mais ça ne va pas du tout ensemble. On ne va pas à Berlin pour admirer l’urbanisme de la ville. Autant certains quartiers un peu plus anciens sont magnifiques, comme Hackescher Markt, ou Brunnenviertel et Prenzlauer Berg. Quand on voit d’ailleurs le Sony Center de la Potsdamer Platz, ben on sait effectivement qu’on y va pas pour l’urbanisme. Mais la capitale allemande regorge de nombreuses découvertes.

Je vais juste revenir sur la collocation. C’était pas top. Enfin je pense que le problème c’était que je foutais rien surtout. Je pense que si on avait mis en place quelque chose pour le ménage et tout ça, ben ça aurait moins été le bordel. Mais ça a pas été le cas. Et c’était le bordel.

Une fois que t’as l’appartement, ton réseau sur la ville, ben faut apprendre l’allemand. J’ai pris des cours dans une école de langue pas trop chère vers Schönleinstrasse, chez BSI. C’est entre Kreuzberg et Neukölln, des quartiers qui bougent bien maintenant (des quartiers où les artistes se sont installés il y a quelques années donc d’où ils se font virer maintenant et où les prix de l’immobilier étaient il y a encore quelque temps pas trop cher). À ce propos, je vous conseille le reportage « à qui appartiennent les villes » sur la gentrification, c’est plutôt intéressant (si vous réussissez à le trouver).

Après l’appart, les potes et la langue, ben soit on se remet aux études, et là c’est pas mon domaine soit on cherche du taff. Le taux de chômage à Berlin frôle les 12%. Mais c’est pas compliqué d’y trouver du boulot. Et ce même sans parler la langue. Par contre, c’est irrespectueux de travailler dans un pays sans en parler la langue, mais beaucoup le font. Perso, j’ai postulé à des postes de réceptionniste en sachant que je n’avais pas le niveau de langue nécessaire. Je me suis présenté aux entretiens tout en sachant que je ne serais pas embauché. C’était le cas. Puis un dimanche, j’ai décidé d’envoyer mon CV (en allemand hein, j’ai eu l’aide d’une gentille copine allemande pour ça, fan du BVB) à tous les 4 et 5* pouvant avoir besoin d’un voiturier. Puis 2-3 heures plus tard, appel de la chef Concierge de l’Hôtel de Rome : « on cherche un voiturier de nuit, viens demain en essai ». J’ai fait un stage, y’avait Usher dans l’hôtel. Je signais le CDD la semaine suivante. Et quelle expérience. Du luxe, à l’Allemande. Je suis resté à peine 2 mois parce que le night manager était un vrai con.

Et ça c’est un gros regret de ma vie.

Publicités

6 réponses à “Berlin : « pauvre mais sexy »

  1. J’ai bien aimé ton histoire. Mon expérience berlinoise est un peu différente mais je comprends la tienne. Tu sais, il n’est pas trop tard pour y retourner…

  2. Berlin, Berlin …
    Je crois que si tu y retournes maintenant, tu serais choqué.
    C’est ce que j’ai ressenti quand j’y suis retourné il y a quelques mois … Très impressionnant, mais tellement dommage pour une ville aussi géniale !

    Du même avis pour le centre ville. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s