La culture et l’économie

Il y a quelques temps, et suite au rapport commun entre le ministère des finances et de la culture, j’avais commencé la rédaction d’un billet sur l’apport de la culture dans l’économie.
Cette étude devait mesurer le poids de la culture dans l’économie, et utiliser le potentiel de croissance de l’industrie culturelle.
Le temps a passé, je n’ai pas pris le temps de le terminer. Et puis, et puis les nuits sonores sont arrivées la semaine dernière. Festival de musiques électroniques, organisé par Arty Farty à Lyon depuis 2003.
J’y étais comme l’an dernier bénévole.

#nuitsso #runner #picoftheday

A post shared by Thibaut (@tbowfr) on

Ce que j’ai vécu pendant 5 jours à la confluence, c’est exactement la façon dont je vois la culture. Arty Farty nous avait prévenu, le concept des Nuits Sonores 2014 serait surtout le « Projet Confluence » articulé autour de ce nouveau quartier.
Avec plus de 130.000 spectateurs venu des quatre coins du monde, le public fût présent. Et le projet a totalement été suivi. Force est de constater que ce pari a fonctionné.
Ce que j’ai vu ce sont des milliers de jeunes et de moins jeunes venu écouter de la musique connue ou inconnue dans un quartier habituellement vide.

L’économie française ne dépend pas seulement des TPE, PME ou des grands groupes. Elle dépend aussi des initiatives locales grâce aux associations culturelles. Le rapport commandé par les ministères de la culture et des finances le montre très bien, la culture contribue au PIB de la France. Il n’est pas normal qu’en période de crise les subventions apportées à la culture soient diminuées. Aujourd’hui, l’Etat et les collectivités territoriales se doivent de subventionner la culture, les cultures.
Les événements culturels permettent de créer un fort lien social. Pour autant, et comme l’a dit Myriam Picot lors d’une conférence d’European Lab, « le politique ne doit pas interférer dans la culture ».

Mais plutôt que d’aider souvent les plus grands noms qui pourraient se faire aider d’autres manières, ne vaut-il pas mieux aider en premier lieu les cultures émergentes, les artistes inconnus ? Autre problématique, comment faire venir toutes les populations qui ne s’intéressent pas forcément à tous les arts, s’intéresser et s’ouvrir à ces arts ? Des efforts sont déjà faits pour les populations les plus pauvres, afin qu’elles aient un accès à la culture. Mais elles ne font pas forcément le premier pas. Il faut donc que les artistes soient présents directement sur place, pour expliquer aux jeunes et aux moins jeunes la culture. Il faut que les écoles, les collèges, les lycées, les facultés intègrent la culture à leur programme. Il faut donc continuer à subventionner les cultures, et ne pas baisser les subventions comme le voudrait la logique en temps de crise, mais les augmenter. Alors, l’on pourra toujours parler d’exception culturelle française.

Le privé se doit aussi d’apporter une partie de ses revenus à la culture. Pourquoi ne pas créer un nouvel impôt qui serait directement versé par le ministère de la culture aux associations, suivant les projets bien entendu. Bien sûr, des réductions d’impôts existent déjà, il faut continuer à aller dans ce sens. Aujourd’hui, certaines TPE, PME ou certains grands groupes sont dans une logique de partenariats avec le milieu associatif. Il faut réussir à montrer l’intérêt qu’ont toutes les entreprises à investir dans le milieu culturel, pour sortir des clivages capitalistes (je te subventionne seulement si ça apporte à mon chiffre d’affaires) afin que les événements culturels soient subventionnés par le privé.

#Eurolabforum #NuitsSo @ Hôtel de ville de Lyon

A post shared by Thibaut (@tbowfr) on

Enfin j’aimerai aussi parler de l’European Lab. J’ai vu différentes personnes, meurtri suite au résultat des élections européennes. L’Europe, ce n’est pas seulement les lobbys à Bruxelles. Ce sont aussi des échanges très intéressants entre des personnes venant d’un peu partout. J’ai eu la chance de discuter avec des bosniennes, un grec, un ukrainien, etc. Chacun apportant sa pierre à l’édifice culturel dans son pays. J’ai appris différentes manières de voir la culture suivant sa culture. Des expériences très enrichissantes personnellement pour mes différents projets. C’est aussi cela l’Union Européenne.
A ceux qui ont voté Front National, à ceux qui se sont abstenus, je vous demande de venir faire un tour dans ces festivals, dans ces conférences. Vous verrez que la solution ne vient pas de l’extrémisme, elle ne vient pas non plus de l’abstention, mais elle vient de l’ouverture aux autres cultures.

Publicités

Une réponse à “La culture et l’économie

  1. Pingback: La belle démocratie | Tbowfr·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s