Il faut changer le soldat Désir

Le premier grand remaniement de l’ère Hollande a donc eu lieu en début de semaine. Je ne reviendrai pas là-dessus, de nombreux blogueurs ont écrit à ce propos. Les futurs secrétaires d’Etats vont d’ailleurs bientôt être annoncés.

Après la grande débâcle du Parti Socialiste aux élections municipales, et, la prochaine attendue aux européennes, d’autres changements devraient pourtant être mis en place. Je pense plus particulièrement à la tête du PS.
Ces deux dernières années au pouvoir, ainsi que l’échec de dimanche dernier ne devraient pas être imputés seulement à Jean-Marc Ayrault. Harlem Désir a aussi toute sa responsabilité dans cet échec. Le parti n’avance plus, ne propose plus. Frédéric Cuvillier, ancien ministre des transports le rappelle dans cette interview au Parisien : « le PS est devenu une coquille vide ».
Et sur le plan local, les instances ne réagissent pas, perdent la raison. Des camarades ont été injustement exclus. Certains étaient au parti depuis plus de quarante ans.

Prenons l’exemple de Sainte-Foy :

Au mois d’octobre, nous avons voté pour le premier des socialistes. Je m’étais présenté à cette élection. A l’époque j’avais dit que si je perdais cette élection, je ne suivrai pas le vote démocratique et continuerai à supporter la candidature d’Éric Pommet. Première erreur de ma part. Il y a un vote, si l’on perd, il faut s’y conformer et suivre la majorité.
J’ai perdu, j’aurai donc du suivre la candidate choisie.

La section suite à ce vote a voulu suivre un grand rassemblement avec l’ancienne candidate verte. Même si je ne suis pas d’accord avec certaines positions, et même si je pense que cette gauche n’arrivera jamais aux affaires, ce rassemblement est aujourd’hui la nouvelle opposition de gauche. Quoi qu’en disent certains anciens candidats se voyant encore candidat en 2020, et ne faisant plus partie du conseil municipal, mais continuant à gesticuler dans tous les sens, et se ridiculiser.
Après d’âpres négociations entre, d’un côté la première des socialistes Isabelle Piot, et de l’autre Eric Pommet, la fédération a finalement préféré donner son investiture au candidat du PRG. Suite à cela, tous les candidats étant au PS de la liste de Sainte-Foy à Venir ont été exclus du Parti. Bien aidé par l’œil de Moscou et ancienne candidate de 2008, qui lors d’une réunion de présentation notait les noms de chaque socialiste pour les donner en pâture. Cela montre que la fédération, a misée sur la mauvaise personne. Et moi aussi. Cela montre enfin une méconnaissance totale du terrain de la part de cette même fédération qui a préféré les accords de parti à un vote démocratique de la section.

Par la suite, j’ai décidé de quitter Eric Pommet pour plusieurs raisons. Le travail qui n’avançait pas, mais surtout le fait que ce candidat travaille seul, ne déléguant rien, s’occupant de tout. Un peu forcé par la fédération, si je voulais prendre le poste de secrétaire de section, je suis revenu chez Eric au mois de janvier. La campagne s’est passée, nous avons fait 8%. Dont acte. Puis lors de la semaine du 2nd tour, et après avoir prévenu Éric que je voterai pour Gilles Assi, j’ai appelé à voter pour ce dernier, notamment par un communiqué paru sur Lyon Première.

Aujourd’hui, j’attends les décisions de la fédération sur le futur du PS à Sainte-Foy. Avec ou sans moi, je ne sais pas, et je ne m’en soucie guère. Et pourtant, j’ai envie de continuer avec le parti socialiste, ma famille politique. Il faut aussi savoir qu’avec JC Luque, après être parti du rassemblement d’Éric, nous n’avons jamais vraiment été inquiété d’une exclusion, sauf JC qui a reçu une lettre d’avertissement pour avoir écrit sur Eric sur son blog. Autre chose, la fédération avait décidé de me mettre dans « un comité de pilotage » pour les élections européennes dans le Rhône car je cite : « je suis présent sur les réseaux sociaux, et réactif ». Depuis cet épisode, je n’ai plus de nouvelles…

Alors oui, il est simple de critiquer après la campagne les positions de chacun. Et pourtant, tout le monde doit faire son auto-critique. Et si je devais faire la mienne, je dirai avoir fait plusieurs erreurs. Mais pas celle d’avoir soutenu Gilles Assi au 2nd tour, car j’y ai trouvé des amis.
Plutôt celle d’avoir été sur la liste d’un candidat détesté dans la ville.
Un candidat qui, utilise le mot rassemblement à tort et à travers mais qui ne fait que diviser.
Un candidat qui, pour détruire des personnes qui ne sont pas d’accord avec lui, utilise la calomnie, la diffamation, l’insulte.
Un candidat qui, alors qu’il n’a obtenu que 8% des suffrages continue de s’épancher sur les réseaux sociaux, ou dans la vie publique alors qu’il ferait mieux de faire profil bas.

Je ne compte plus le nombre de menaces que j’ai reçu de certains. Aujourd’hui encore, lors du 1er Conseil Municipal, de la part du mari de l’ancienne présidente du groupe PS/PRG de Sainte-Foy. Quelque jours avant de de la part de cette candidate aussi. Ou bien encore de la part du candidat déchu. Mais je préfère regarder ce qui m’attend dans le futur, plutôt que de continuer à parler à des politiques en mal de notoriété.

Ce n’est pas comme ça que je vois la politique. Les français veulent des changements profonds.
Je vais donc me battre à Sainte-Foy, en faisant valoir mes idées, qui je le sais, seront écoutées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s